• portrait de Podz

    Podz

    Avec les séries télévisées 19-2, C.A., Les Bougon : c’est aussi ça la vie II, Minuit, le soir, Au nom de la loi et3 x rien, Daniel Grou, alias Podz, s’impose comme l’un des réalisateurs les plus doués de sa génération. Mis en nomination sept fois au gala des prix Gémeaux, il remporte trois statuettes : une pour le téléfilm Exils, et deux, dont le prix spécial Jean-Besré, pour la deuxième saison de Minuit, le soir. Il réalise également de nombreuses séries pour les chaînes de télévision anglophones (The Hunger, Drop the beat, Vampire high etBig wolf on campus III). Concrétisant ses ambitions cinématographiques, il réalise Les sept jours du talion, son premier long métrage présenté en première mondiale au festival des films de Sundance. Le film, invité dans de prestigieux festivals internationaux, remporte trois prix au Festival international du film de Bratislava, en Slovaquie, celui du meilleur film attribué par le Student Jury Award, ainsi que le FIPRESCI Jury Award, qui récompense le meilleur film étranger. Il tourne en France la série télévisée Xanadu, avant de réaliser son second long métrage de fiction, 10 ½, qui ouvre le Festival du nouveau cinéma en 2010, et qui connaît un vif succès. Sa plus récente série télévisée, 19-2, est diffusée à Radio-Canada. 

    ↑ haut
  • portrait de Marilou Wolfe

    Mariloup Wolfe

    Comédienne, animatrice et réalisatrice, Mariloup Wolfe est tout ça! Révélée dans la série jeunesse Ramdam, elle tourne tant au petit qu’au grand écran (Tag, 2 frères, C.R.A.Z.Y., C.A., Musée Éden). Après une solide formation en cinéma, elle passe derrière la caméra, réalisant plusieurs courts ou moyens métrages, dont Open mind, qui lui vaut le prix Vision globale pour la meilleure direction artistique, et Fly fly, lauréat du premier prix Cinélande 2001 pour le meilleur film toutes catégories, et présenté par la suite dans plusieurs festivals internationaux. En plus de tourner des épisodes de la série jeunesse Kif-kif et quelques messages publicitaires, elle anime l’émission Fais ça court. Son premier long métrage, Les pieds dans le vide, confirme ses talents de cinéaste. 

    ↑ haut
  • portrait de Stéphane Lapointe

    Stéphane Lapointe

    Depuis sa participation à La course autour du monde, Stéphane Lapointe concilie ses talents d’auteur humoristique (en signant des textes pour Claudine Mercier, Pierre Verville et la série télévisée Histoires de filles) etde concepteur-réalisateur pour la télévision (Bons baisers d’Amérique, Au-delà du Réal, 100 limite,etc.). Il coréalise le magazine humoristique Infoman et des émissions spécialesd’Infoman pour lesquels il est lauréat de plusieurs prix Gémeaux, dont celui de la meilleure réalisation, émission d’humour. Il agit en tant que concepteur-coordonnateur artistique et réalisateur pour la série télévisée Festival Juste pour rire. Côté fiction, il réalise la série dramatique Hommes en quarantaine I etII avant d’assurer la scénarisation et la réalisation du court métrage Foie de canard et cœur de femme. Son premier long métrage, La vie secrète des gens heureux, reçoit le prestigieux prix Claude-Jutra du meilleur premier film canadien. À la télévision, il signe la réalisation de l’émission Tout sur moi, qui ravit le cœur du public. Son court métrage Jardin dead end lui vaut le prix Remstar pour le meilleur Kino de l'année aux Rendez-vous du cinéma québécois. 

    ↑ haut
  • portrait de Ricardo Troji

    Ricardo Trogi

    De La course destination monde à 1981, Ricardo Trogi ne cesse de produire et de réaliser des courts métrages, présentés dans de nombreux festivals. Habitué de la télévision et de la publicité, il révèle ses talents de coscénariste et de réalisateur avec Québec-Montréal, son premier long métrage de fiction, lauréat de prestigieux prix, notamment le prix Radio-Canada pour le meilleur premier scénario aux Rendez-vous du cinéma québécois, trois trophées au Festival de Namur, de même que quatre prix Jutra, dont ceux du meilleur film, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario. À la télévision, il signe la réalisation de Smash, avant de tourner son second long métrage, Horloge biologique, énorme succès commercial. Celui à qui l’on doit la réalisation de la série télévisée Les étoiles filantes I et II, a également présenté 1981, son troisième long métrage, qui rallie le grand public et la critique.

    ↑ haut
  • portrait de Jean-François Rivard

    Jean-François Rivard

    Après avoir scénarisé et réalisé sept courts métrages, dont Kopps, qui a remporté de nombreux prix, Jean-François Rivard se fait remarquer dans plusieurs festivals internationaux avec les courts métrages de fiction Soowitch, Kuproquo et Noël blank (prix Génie du meilleur court métrage dramatique), présentés également au festival Regard sur la relève. Parallèlement à la réalisation de plusieurs messages publicitaires, il participe à la série télévisée La chambre 13  avec l’épisode intitulé Ovocyte, qu’il écrit et réalise. Avec la série télévisée Les Invincibles, véritableplongée décapante dans l’univers de quatre trentenaires, qu’il a réalisée et coécrite, c’est la consécration. En trois saisons, cette série remporte plusieurs prix Gémeaux, dont ceux des meilleurs textes, de la meilleure réalisation et de la meilleure série, en plus d’être adaptée pour la télévision française.

    ↑ haut
  • portrait de Jean-François Asselin

    Jean-François Asselin

     

    Diplômé en cinéma de l’Université Concordia, Jean-François Asselin a tôt fait de se distinguer avec ses premiers courts métrages Exercices exponentiels sur l'amour éternel, Crise d'identité à la deuxième personne du singulier et La petite histoire d'un homme sans histoire, qui lui valent plusieurs récompenses, dont le prix Viacom Canada remis au réalisateur le plus prometteur lors du Festival des films du monde. Son dernier court métrage de fiction, Déformation professionnelle, primé dans plusieurs festivals internationaux, inspire la série François en série, qu’il scénarise et réalise pour la télévision. Sacrée meilleure comédie aux prix Gémeaux, la série a été vendue sur le marché télévisuel international. Infatigable, il se partage également entre la réalisation de séries télévisées (Ciao bella, La vie rêvée de Mario Jean) et celle de nombreux messages publicitaires.

    ↑ haut
  • portrait de Miryam Bouchard

    Miryam Bouchard

    Celle à qui l’on doit la brillante adaptation pour le web du blogue Les chroniques d’une mère indigne est une véritable femme-orchestre de la réalisation. Diplôme de production cinématographique de l’Université Concordia et prix Kodak de la mise en scène pour son premier court métrage de fiction en poche, Miryam Bouchard se consacre à la réalisation de publicités, de vidéoclips et d’émissions de télévision (Une pilule, une petite granule, Nikan). Animée d’une grande conscience sociale, elle signe la réalisation de documentaires (Chroniques de la violence ordinaire, Pour le meilleur et pour le pire, Yin yang, La guerre des sexes, Têtes à claques : une histoire unbelievable) présentés dans plusieurs festivals canadiens et européens, de même qu’à la télévision. Comptant une dizaine de courts métrages à son actif, dont La cérémonie, Pour le meilleur et pour le pire et son plus récent, Roastbeef, présenté comme film d’ouverture du FIFA 2008 et primé comme meilleur court métrage expérimental au World Wide Short Film Festival, la réalisatrice fait sa marque à l’émission Fais ça court!, où son équipe se rend en demi-finale de la compétition. Ses webépisodes Les chroniques d’une mère indigne sont aussi diffusées à la télévision de Radio-Canada. 

    ↑ haut
  • portrait de Louise Archambault

    Louise Archambault

    Détentrice d’une maîtrise ès beaux-arts de l’Université Concordia, Louise Archambault fait ses débuts dans les milieux du cinéma et de la publicité en tant qu'assistante à la réalisation, photographe de plateau, productrice et réalisatrice, avant de se consacrer à ses propres productions. Son premier court métrage, Atomic saké, fait le tour du monde et remporte le prix du meilleur film au Festival Delle Donne à Turin, en Italie, de même que le prix Claude-Jutra du meilleur court métrage au Québec. Son long métrage Familia remporte quelques prix internationaux, dont celui du meilleur premier long métrage canadien au Festival de Toronto et le prix Génie remis à une première œuvre, en plus d’être vendu dans plusieurs pays. Louise Archambault signe la réalisation de Lock, un documentaire consacré au danseur et chorégraphe Édouard Lock, tout en multipliant la réalisation de messages publicitaires et la création cinématographique. 

    ↑ haut

Suivez-nous sur Twitter.
Utilisez : #lescontes

titre du concept Fabrique-moi un conte

Fabrique-moi un conte, c’est huit réalisateurs qui réinventent à leur façon huit contes classiques. Chaque semaine, vous êtes invité à participer à cette websérie interactive. Votez pour le conte, le lieu et l’interprète principal de chaque épisode. Découvrez chaque semaine un conte revu et corrigé, ainsi que les inédits du tournage. Regardez-les et partagez-les sur Facebook ou Twitter.